mardi 2 août 2016

Le grain de beauté

Elle avait cette jolie démence
Fêlure d’où fuitait sa folie
Ardeur mâtinée d’inconscience
Qu’on terre sitôt l’enfance enfouie
Elle irradiait d’inconséquence
Tous ceux dont elle croisait la vie
Dépendants à sa différence
Amoureux d’une anomalie.

Bâton rouge

Un dernier geste avant la nuit
Un peu de couleur sur ses lèvres
Avant d’aller rêver sa vie
Au fil de songes où monte la fièvre
Dans les corps d’hommes rougis
Par ses baisers d’orfèvre
Et sa mise en bouche cramoisie.