jeudi 23 juin 2011

L’infirme

Jour et nuit
Perchée
Sur des talons-béquilles
Compensés
Ou Aiguilles
L’impotente poupée
A l’ego qui boitille
Face aux regards croisés
Oscille
Entre suffisance étudiée
Et dédain qui vacille
La bouche paralysée
Par une confiance en confettis
La sublime éclopée
Quand elle est saoule me balbutie
Son rêve d’être amputée
Sous éternelle anesthésie
De cette superficialité
Qui mieux que rien pallie
Son affective infirmité
Mais pieds et poings la lie
Aux barreaux d’une prison dorée
Dont le tout-Paris
A la clé.

mercredi 22 juin 2011

Vis-à-vis

A quelques mètres
De mon carreau s’animent
Et s’enchevêtrent
Dans d’intimes
Périmètres
Quotidiens synonymes
Et routines piètres
De voisins à l’allure de mimes
Aux vies de chronomètre
Du célibataire qui s’abîme
Dans un tacite mal-être
Au couple qui s’élime
Au gré de désirs traitres
Tous s’escriment
A remettre
A demain leur déprime
Et peu à peu s’empêtrent
Dans une existence-pseudonyme
Dont le paraître
Tous les jours un peu plus périme
Tandis qu’en toutes lettres
S’imprime
Sur les fenêtres
Leur buée d’asphyxiés anonymes.

lundi 13 juin 2011

Maman

Maman
Ma belle épine
Mon tendre châtiment
Malencontreux made in
D’instants volés d’amants
Officieuse origine
D’officiel étouffant
Chromosomique toxine
Lie de mon mauvais sang
Groupe A rhésus + misogyne
Au goût sirop-médicament
D’amère grenadine
Génétique océan
Dans lequel toi gamine
Se noie en pleurnichant
Tandis que je m’obstine
A téter tes tourments
Via le canon d’une carabine
A l’arôme rire d’enfant
Que mes lèvres patinent
A coups de mots aimants
Pendant que mes doigts se dandinent
Sur un cran
De sureté qui domine
Une arme à feu qui tire à blanc.

dimanche 12 juin 2011

Les papillons

Dans mon ventre grommèlent
Des papillons camés
A mes rituelles
Virées
Sexuelles
Les antennes émaciées
Et la peau sur les ailes
Les insectes affamés
Me harcèlent
D’aller une dernières fois tremper
Leur trompe dans le pistil-poubelle
D’une fleur aux senteurs M.S.T.
Gargouillements aux airs de gospel
Complainte des bestioles obsédées
Qui faute de charnelle
Pâtée
Dans la gamelle
En vol piqué
Viennent se faire sauter la cervelle
Le long de mes côtes efflanquées
Faisant en sorte que se craquellent
Les murs de cyprine maculés
De ma stomacale citadelle
Aux remparts en train de crouler.

vendredi 10 juin 2011

Paris Plages

Sous une tartine
De crème
Etalée façon margarine
D’insolvables peaux blêmes
Sur des serviettes de bain s’échinent
A tout oublier des problèmes
Qu’un quotidien made in
Système
Jour après jour grave sur leurs mines
Ridées de trop de stratagèmes
Et autres improbables combines
Comme ces soudains carêmes
-Famine
Issue extrême
A des faims de mois qui lambinent
Nutritif requiem
Pour banlieusardes babines
Nourries aux décors H.L.M.
Qu’écrase un ciel-fumées d’usines
Et à qui le pont Bir Hakeim
Donne des idées-fond de piscine.