samedi 25 décembre 2010

Liaison hantée

Plongée dans les urbaines abysses
Du parking dont le revêtement
S’amuse dans un strident supplice
A me faire tourner le volant
En quête d’intimité factice
Sur le siège passager je sens
L’agacement gagner ma complice
Ses cuisses peu à peu diminuant
L’évasure béante tentatrice
Qui sous les persifleurs crissements
Se ferme à mes paumes pleines de vice
Tandis que les rires-grésillement
Des néons raillent avec malice
Mon libidineux entêtement
A faire de l’obscur édifice
Un bordel aux chambres-emplacement
Je sens qu’à chaque sous-sol sévissent
Toujours plus les fantômes d’amants
Du municipal précipice
Où roulent depuis la nuit des temps
Les couples aux amours de coulisses.

vendredi 17 décembre 2010

Speed dating

Dans l’endroit surchauffé
Où les questions transpirent
Harassées
Par de nerveux désirs
Et d’anxieuses vanités
Aux peaux paraissant cramoisir
Je parcours les corps attablés
Dont la soif de séduire
Est régulièrement dénoncée
Par d’âcres petits rires
Gênés
Venant trahir
Chez ceux qui les laissent échapper
La peur de repartir
Aussi seuls qu’ils sont arrivés
D’autres au visage-masque de cire
Semblent au contraire immunisés
Contre tout geste pouvant nuire
A cet entretien étudié
Comme on réciterait du Shakespeare
L’air du temps à peine inspiré
Je sors du restaurant vomir
L’écœurant prêt-à-consommer
Tandis qu’à l’intérieur martyrs
Et bourreaux veillent à inhaler
L’O2 mercantile qui conspire
A totalement les asphyxier.

mardi 7 décembre 2010

Handicapé

Bras en croix
Yeux fermés
Sur le matelas
Posé
A même le sol
Alors que mon pouls malmené
A n’en plus finir dégringole
Je l’entends qui part tituber
Ivre de mon opaque alcool
En quête d’un feu pour embraser
Sa rituelle Marlboro menthol
Retour à mes côtés
Munie d’une trousse d’école
Dont elle sort de quoi refarder
Ses lèvres privées de paroles
Depuis l’âge d’être née
Ensuite saisissant par le col
Son oreille en tous points percée
Qui profitablement l’isole
De mes râles effrénés
Elle revêt ses créoles
Les anneaux semblent comme danser
A la gloire du lobe bénévole
Œuvrant pour l’organe condamné
C’est d’un geste lourd de symbole
Paume tendue pour être payée
Que la sourde et muette baby doll
Me fait réaliser
Qui dans cette histoire-parabole
Est le réel handicapé.