mercredi 12 mai 2010

Vestiges

J’ouvre un œil
Partiel
Sous un ciel
Chargé
Comme en deuil
De l’étreinte
Défunte
De la nuit passée
Sur les lattes
De bois exotique
Tels de sensuels stigmates
Nos charnelles reliques
Jetées à la hâte
S’amoncèlent
Pêle-mêle
Une barrette strassée
Au plastique trempé
De nos sudations mêlées
Une boucle Bulgari
Au fermoir
Enfoui
Dans les limbes-rôtissoire
Du lit
Les tessons épars
De nos flûtes gorgées
De l’or d’un Ruinart
Sur nos peaux saupoudré
D’encombrant boutons
De manchette Lalique
Arrachés sans façon
Obstacles esthétiques
A nos errances érotiques
Enfin sur le verre-narcisse
De la glace
Du lipstick la trace
Un écarlate 06.

vendredi 7 mai 2010

L’exclusive

Dans l’atelier d’artiste
Au sol jonché
De nus criblés de kystes
Elle pose lascive
Pour son peintre pathologiste
Dont elle aime se savoir captive
A jamais
Du tumoral trait
Lui seul sait
La vive douleur de son secret
Une timidité maladive
Prude à l’excès
Elle en a fait
L’unique détenteur de l’accès
A la blancheur qui la revêt
Aux deux lourdes ogives
Que chastement elle tait
Sous d’informes gilets
Ainsi qu’à l’excessive
Cambrure qu’elle scelle dans un corset
Mais sous cette pudique peau de lait
Qui depuis trop longtemps la prive
De tout acte concret
Elle se l’avoue rien ne lui plaît
Plus que l’idée jouissive
De se rendre exclusive
A l’homme derrière le chevalet.

jeudi 6 mai 2010

Game Over

Elle déboule pile à l’heure
Pour sa rituelle partie
De flipper
Ses deux jolis bumpers
Royalement rebondis
Moulés dans un cache-cœur
Façon Tex Avery
Vainqueurs toutes catégories
Du tilt destructeur
Annonciateur d’arrêt moteur
Chez les joueurs les plus aguerris
Alors que le fronton scintille
Que les flips passent un sale quart d’heure
Et que les drop targets vacillent
La belle gémit
Ondule de bonne humeur
Dans sa mini
Couleur du métal de la bille
A la vue du compteur
Dont le high score encore grossit
Moi le mateur
Sur la vitre avachi
Je joue l’amateur ébloui
Jusqu’à soudain être trahi
Par le reflet dénonciateur
Du plexi protecteur
Je croise le regard de la fille
Dont le khôl habille l'œil rageur
Et qui d’une électrique lueur
Me signifie
Game over.

lundi 3 mai 2010

Le choix de Sophie

Fin de partie
Nos jambes en l’air
Retombent sur le lit
Dans un silence pubère
Flottement maladroit
Frôlement gauche des chairs
Mordillements de doigts
De ma partenaire
En proie
Aux affres hors-la-loi
De l’aventurière
Et aux aléas
Des vies adultères
La tête sous le drap
Antichambre amère
De son désarroi
Prise en étau
Entre remords
A s’en rendre marteau
Et le lascif fléau
Qui la tenaille au corps
Pilonne sa libido
Et lubrique lui implore
Un ultime assaut
Sensation
De souffle chaud
Et brève ondulation
Sous le tissu
De coton
Sa vertu
Vient de plier pour de bon.